Civilisation

Lettre à Liliana

fr11-08-2014

© Líria Dora Orlowska

 

On élève si peu la voix,

à peine les premiers sons d’un orage balbutié au berceau, tout reste à grandir dans le cœur, tout reste à hausser, le ton, la tonique alliance, tout ce qui patiente sous le coude, oui ce que l’on gardait sous le coude pour un moment bellissime et paf ! ça nous tombe dessus, les nouvelles de ce monde n’attendent pas les branches du sapin pour illuminer la minable, la très coureuse de crasses : la société Moche, celle des frappeurs, des pousseurs de mémé dans les orties, les gens brutaux, qui s’y entendent avec tous les genres de laideurs, si sourds à la musique, au chant du cœur, les crieurs de bêtise, les boutiquiers de la crise, ceux qui s’en sortent sans dommage, en endommageant les autres, la société qui tue, qui perpétue la Tuerie ! ah, l’horrible visage de cette société, la confusion armée, le désespoir armé, l’exploitation armée, l’idéologie armée, la relation armée, la politique armée, la religion armée, la détresse armée, ne mettons pas de dates, ça concerne tous les jours, tous les soirs, plus haut, plus vite, plus fort, oui cet homme moderne, qui prend la route, l’avion, le palace flottant et qui fait gaffe à loger son tas de tôle sur le bon parking, qui appuie sur le klaxon, la pédale du vélo, la gâchette de son flingot, avec, plus horrible encore, nous venions à peine d’avoir reflet de sa dernière saloperie, avec l’extraordinaire besoin d’en faire plus, au nom des pères, des fils et de la sacro-sainte Guerre, toujours

plus haut ! plus vite ! plus loin dans la Laideur !


Claude BILLON

 

Claude Billon. Facteur à la Poste de Metz longues années durant, écrivant le soir la lettre qu’il distribue lui-même le lendemain matin, aujourd’hui, en retrait. Ne sait pas marcher sur les mains comme les clowns, ni sur la tête
comme les cons. Accompagner la naissance de la Paix, dans la lucidité
comme dans l’attention à l’autre : seule biographie possible.
Correspondance avec quelques hauts-Prince de l’Amitié.
Espère naître un 25 juin, peu importe l’année, à Metz, Lotharingie ou Papouasie et surtout pas dans le Baratin mécanique, englué dans la Routine.

 

[VIII 2014]

Sacrum profanum

Passé – présent

Observatoire

Signes du temps