Réflexions

Voyage dans l’espace et dans le temps

Pawel97a

Paweł Jocz (1997) © Marek Wittbrot


…La tempête déverse de sauvages tertres de neige

Et sur les lointains chemins étrangers
Sort l’âme triste du petit-fils
Et elle cherche dans les congères la trace des pères…

 

Il y a bien des années nous étions en voyage, mon père et moi, dans des coins perdus au Nord-Est de la Pologne, lorsque aux environs de Sejny, mon père s’est arrêté près d’un chêne au bord du chemin et m’a dit : « Et voilà, mon fils, c’est sous un chêne semblable que tu as été conçu…»
II s’est écoulé beaucoup de temps depuis ce jour-là et nombre d’expériences diverses se sont superposées. Les paroles de mon père ont contribué à ma propre histoire et fait l’objet de maintes réflexions.
Mais à vrai dire tout a commencé avec les gravures tragiques d’Arthur Grottger (cycles Combat, Lituania, Polonia) réalisées à l’époque de l’Insurrection de Janvier 1863. Elles m’ont initié aux mystères de la forêt, des ombres, des esprits des bois et des spectres mortels se faufilant et glissant dans le crépuscule de ma Lituanie.
Tête-arbre. Cathédrales élancées d’arbres s’inclinant les uns vers les autres. Méandres et rosaces de branches créant des scènes de drames. Je trace tout cela à l’encre de chine avec un bâton trouvé dans le fond du blanc du papier, à la recherche de la relation arbre-homme.
L’époque des totalitarismes que de force, malgré moi, j’ai dû absorber dans ma jeunesse a été le drame de ce temps-là et d’une situation dont il n’était pas possible de s’arracher.
La réalité et les réminiscences de la violence de la guerre. Je les ressentais cruellement.
Maladie – La philosophie du régime.
Mon univers et le temps qui passait ont cicatrisé les blessures du cauchemar.
Le dualisme de la jeunesse et de l’expérience historique a fait naître en moi le besoin de rechercher l’essence du développement de l’être humain. J’ai commencé à chercher une forme pour communiquer cela dans mon dessin et dans ma sculpture.
Et c’est ainsi jusqu’à aujourd’hui.

Dans l’art il n’y a pas de manifeste et s’il apparaît, il peut conduire au fascisme ou au dogmatisme.
Je suis donc en dehors des manifestes.
L’Histoire de l’Art n’a rien de commun avec l’acte de créer, elle tente uniquement de le comprendre et de le situer dans une hiérarchie temporelle et spatiale.
L’acte de créer apparaît dans un temps particulièrement injustifié, inexplicable, mais il est aussi l’émanation de faits qui surviennent dans un moment défini et dans un lieu concret.
Voilà tout mon message.

Je vais le dire en grand secret.
L’art naît derrière l’oreille, sous un chêne et un ventre…

26/04/2007

Paweł JOCZ

Traduction : Krystyna Jocz

 

Paweł Jocz est né à Vilnius le 6 mai 1943, mort le 21 octobre 2008 à Boulogne-Billancourt. Après son diplôme aux Beaux-Arts de Varsovie en 1970, il vient vivre en France. Une centaine d’expositions en France et à l’étranger lui ont valu une notoriété incontestable dans l’histoire contemporaine de l’art. Ses œuvres enrichissent les patrimoines publics et privés dans plusieurs pays d’Europe. Les sculptures en plein air de plus de quatre mètres de haut sont inscrites dans le paysage de Boulogne-Billancourt : Elévation et Nuage de poète. AWielsbecke en Belgique s’élève la Solidarité des peuples, dans un cimetière à Łódź, en Pologne, la statue du poète Jacek Bierezin. Inspiré particulièrement par les visages, les regards, les expressions, et tout ce qui est invisible, difficile à capter, il les trace de manière inimitable, à l’encre de Chine. Ses sculptures appartiennent à un monde venant à la fois du passé et du présent, des rêves, des souvenirs, de ses peurs et ses angoisses.

 

[VI 2015]

Sacrum profanum

Passé – présent

Observatoire

Signes du temps